Fédération Musicale de Paris

Notre vocation

Depuis 1903, des sociétés musicales amateurs ont compris que l’union fait la force et que la collaboration avec la ville de Paris est indispensable. C’est la raison d’être de la FMP. Cette collaboration a conduit chaque année à programmer plus de 40 concerts aux beaux jours dans les kiosques et jardins de Paris. En contrepartie, la FMP reçoit une subvention de la Ville de Paris qu’elle redistribue aux associations adhérentes.
Aujourd'hui, notre Fédération regroupe 25 sociétés : 9 orchestres d'harmonie, 3 orchestres symphoniques, 2 chorales, 3 big bands, 1 orchestre à plectre, 1 orchestre d’accordéons, deux fanfares, et 4 écoles de musique...

Traditionnellement, on fait appel à ces formations pour animer les kiosques dans les jardins de Paris. On leur offre plus rarement l’occasion de produire des concerts en salle. Malgré les activités proposées par la Fédération, le souci des sociétés parisiennes reste les locaux de répétition et l’accès aux salles de concert, coûteux à Paris. C’est pourquoi nous apprécions particulièrement l’aide apportée par la MPAA.
A l'avenir, notre souhait est un rapprochement avec les conservatoires et écoles de musique de la Capitale pour la pérennité de notre Fédération et de ses formations. Les Conservatoires Municipaux forment à la pratique instrumentale et au chant de nombreux jeunes et seule une minorité d’entre eux en feront leur profession. Une fois adultes, que deviennent la plupart des autres ? Ils viennent chanter ou jouer dans nos orchestres d’amateurs comme violons, clarinettes, trombones, timbales, mandolines, etc… Et la diversité des formations adhérentes montre que chacun doit pouvoir trouver la musique de son goût à pratiquer.

Car pour nous, la vie musicale dans Paris n’est pas seulement faite de concerts prestigieux, elle inclut aussi la vie d’associations où les musiciens amateurs aiment découvrir et pratiquer ensemble des musiques qui leur plaisent, en allant du simple au difficile, de la détente au défi, de l’immédiat au plus accompli.

Et la Ville de Paris, aujourd’hui plus ouverte aux quartiers piétonniers (places élargies, berges de la Seine, nouveaux parcs, …) et aux espaces partagés, offre aux orchestres un vaste champ d’action pour rencontrer toutes les Parisiennes et les Parisiens…